La Modafinil

La Modafinil

Modafinil, la pillule qui rend plus intelligent?

 

La modafinil, aussi appelée « limitless drug », du fait qu’elle aurait inspiré le créateur du film « sans limite » pour imaginer la drogue (la fameulse NZT-48) qui, dans le film donne à Bradley Cooper des capacités mentales hors du commun. Alors qu’en est il vraiment?

Est ce vraiment une pillule miracle, comment fonctionne t’elle, à qui cela pourrait convenir, quid des effets secondaires?

C’est ce que nous allons voir…

La modafinil, une molécule made in France

 

Elle est en effet découverte presque par hasard au début des années 80 par le neurobiologiste francais Michel Jouvet qui se rend compte nottament de sa capacité à augmenter la vigilance, l’énergie, et lutter contre le sommeil. L’armée la teste sur des soldats francais pendant la guerre du golf, et la molécule est mise sur le marché dans les années 90 pour traiter la narcolepsie, ou l’apnée du sommeil, étant considérée par les spécialistes comme très innovantes car n’entrainant, contrairement aux amphétamines utilisés pour traiter les même troubles, pas de dépendance, étant très bien tolérée, et n’entrainant pas d’effets secondaires importants.

Elle est donc préscrite dans le traitement des troubles diurnes en France sous le nom de Modiodal, Provigil aux Etats Unis, et Alertec au Canada. Certains thérapeutes l’utilise pour lutter contre les déficits de l’attention, la dimiution des facultés mentales consécutives à une chimiothérapie, alzheimer, les pertes de mémoires dut à l’âge, la fatigue dut au cancer,

Mais qu’est ce que c’est, et comment ca marche?

 

De formule C15H15NO2S, la modafinil se présente sous la forme d’une poudre cristaline blanche et insoluble dans l’eau. Absorbée par pillule de 100 à 600 mf/jours, elle possède une demi vie de 12 à 15 heures, est ensuite éliminée par le foie puis par voie urinaire.

Son mécanisme d’action n’est pas encore totalement connu, mais sur les tests effectués sur les rats, elle bloque la recapture de la noradrénaline et de la dopamine au niveau des centres cérébraux responsables du sommeil. Chez les gens ayant un niveau déficient d’orexine (les personnes narcoleptiques), elle montre des effets extrèmements bénéfiques, laissant penser qu’elle agit directement sur les neurones en étant responsables.

Quels sont les effets concrets chez les sujets non atteint de troubles particuliers?

 

Outre une disparition totale de toute fatigue pour une durée extrèmement longue (plus de 10h), des études ont montrées qu’elle provoquait nottament une augmentation de l’attention, la concentration, la motivation, de la mémoire et des capacités cognitives. Tout ceci sans forcément empêcher de dormir si l’on le désire, ce qui permet de bénéficier d’un niveau de productivité accrue, constant, sans nécessairement décaller à outre mesure son rythme de vie.

Elle reste particulièrement efficaces chez les sujets atteint de troubles diurnes, mais il n’en reste donc pas moins extrèmement interessantes chez ceux ne souffrant d’aucun de cela.

Quid des risques et des effets secondaires?

 

Un des effets secondaire les plus prenoncé est une perte d’apétit, et la liste des effets secondaires potentiel est longue : maux de têtes, insomnie, nausée et constipation nottament. Mais ceux ci restant particulièrement rare, elle apparait comme étant une molécule extrèmement moins « agressive » que l’aderall, la ritaline, ou autre médicaments pouvant entrainer également une augmentation de l’attention, de la motivation ou de la concentration.

Une pillule miracle, mais pour qui?

 

Il est évident que ses effets sur la concentration, la fatigue et la motivation vont interesser particulièrement les étudiants, les chefs d’entreprises, ou tout ceux qui ont une période de « rush » pendant laquelle une surcharge de travail leur est demandée.

Elle serait déjà extrèmement populaire dans les universités américaine, et chez les patrons de la silicon valley.